Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/264

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


classifications entre elles. Ces classifications peuvent être d’abord identiques : dans ce cas, le coefficient de différence est égal à 0 ; d’autre part, ces classifications peuvent être complètement différentes l’une de l’autre, de sorte que l’une représente juste l’ordre renversé de l’autre ; dans le cas présent où il y a 10 sujets, on aurait donc les deux classifications suivantes :

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

Et si on calcule pour ces deux classifications le coefficient de différence, on trouve qu’il est égal à 2,5 ; c’est la valeur maximum de ce coefficient, et cette valeur maximum indique que les deux classifications sont l’inverse l’une de l’autre. Nous voilà donc en possession de deux termes de comparaison qui nous indiquent les valeurs du coefficient de différence dans deux cas extrêmes, celui de l’identité et celui de plus grande différence entre les deux classifications. Nous pouvons donc maintenant avoir une certaine idée de la signification du coefficient 0,8 ; il représente une ressemblance assez forte des deux classifications entre elles.

Mais on peut nous objecter que si la différence entre deux classifications est très forte, cette différence prouve aussi un certain rapport entre les deux classifications ; seulement, au lieu d’être un rapport direct, c’est un rapport inverse, c’est-à-dire ceux qui sont les premiers dans un cas sont les derniers dans l’autre, et réciproquement. On peut donc avoir affaire à deux classifications dont le coefficient de différence serait assez grand, égal à 1,8 par exemple, et ne pas savoir si ce coefficient signifie qu’il n’y a pas de rapport du tout entre les deux classifications ou qu’il y a un rapport inverse, La difficulté est facile à éviter ; prenons encore un exemple qui nous fera mieux comprendre la méthode à employer. Prenons la classifica-