Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/285

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE IV
RECHERCHES DE LABORATOIRE
influence du travail intellectuel sur les temps de réaction, sur la vitesse des additions et sur la mémoire des chiffres

Parmi les recherches de laboratoire, l’une des plus méthodiques est celle de Bettmann [1] ; cet auteur a étudié comparativement les effets psychiques produits par un travail intellectuel (une heure d’additions) et ceux produits par une marche de deux heures.

Pour déterminer les effets psychiques il a choisi la durée des réactions de choix et des réactions verbales, la vitesse de la lecture, la vitesse des calculs et la vitesse avec laquelle on peut apprendre par cœur des séries de chiffres.

Voici comment il prend les réactions de choix et les réactions verbales. On dit à la personne qui est soumise aux expériences que l’on prononcera l’une des deux voyelles o ou e ; dès qu’elle entendra o elle devra faire un mouvement avec la main droite, et dès qu’elle entendra e un mouvement avec la main gauche ; un dispositif spécial permet de mesurer le temps qui s’écoule entre la prononciation de la voyelle et le mouvement exécuté par la personne ; ce temps, qui est appelé durée de la réaction de choix, est mesuré avec une précision d’un millième de

  1. Bettmann. Ueber die Beeinflussung einfacher psychischer Vorgänge durch körperliche und geistige Arbeit (Psychologische Arbeiten). I, p. 152-208.