Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/286

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seconde. On prend un certain nombre de ces réactions et puis on calcule la moyenne de ces nombres ; de cette façon on évite l’influence des causes d’erreur fortuites qui peuvent soit augmenter soit diminuer la durée d’une réaction, et on obtient la durée moyenne des réactions de choix.

Pour les réactions verbales les conditions sont un peu différentes : on prononce un mot quelconque, et la personne doit répéter ce mot aussi vite qu’elle le peut ; on mesure comme précédemment le temps qui s’écoule entre la prononciation du mot et sa répétition.

L’auteur prenait 300 réactions de choix, ce qui exigeait environ une demi-heure de temps ; ces 300 réactions étaient prises à certains jours sans être précédées par un travail psychique ou physique, puis à d’autres jours on prenait ces réactions à la même heure après une heure de calculs, et enfin à d’autres jours encore après deux heures de marche ; de cette façon on calculait des durées de réactions normales obtenues les jours de repos et on pouvait par comparaison connaître l’influence produite par le travail intellectuel et par la marche de deux heures. On pouvait supposer que la durée des réactions ne serait pas la même au commencement de la série, au milieu et à la fin ; pour éviter ce soupçon, l’auteur a divisé chaque série de 300 réactions en cinq groupes de 60 réactions chacun, et a calculé la moyenne pour chaque groupe.

Nous donnons dans le graphique 81 les résultats obtenus ; nous avons marqué par des points les réactions de choix au repos, par des croix celles après le travail intellectuel, et enfin par des petits cercles les réactions après une marche de deux heures.

Les ordonnées indiquent les durées moyennes des réactions exprimées en millièmes de seconde ; chaque point indique la durée moyenne d’un groupe de 60 réactions de choix. Ainsi par exemple le graphique montre que pour le jour de repos la moyenne des 60 premières réactions de choix est égale à 308 millièmes de secondes, la moyenne