Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de classe avec une récréation entre la deuxième et la troisième heure, il y en a eu 172, et enfin après trois heures de classe sans interruption il y en a eu 183. Les récréations ont donc une influence considérable qui se fait sentir même une ou deux heures après.

L’un des résultats les plus intéressants est celui qui ressort de l’examen de la courbe de l’après-midi. On voit d’abord qu’à 2 heures de l’après-midi, lorsque les élèves n’ont pas eu de classe de 11 heures à 2 heures, c’est-à-dire après trois heures de repos, le nombre de fautes était égal à 62, tandis que le matin avant les classes il n’était que de 47 ; par conséquent les élèves n’étaient pas aussi reposés à 2 heures que le matin, un repos de trois heures n’a pas suffi pour rétablir complètement leur activité mentale ; c’est un résultat important au point de vue de la question du surmenage intellectuel ; en effet, on considère en général comme nécessaire, pour éviter les effets de surmenage, que le repos de quelques heures ramène l’activité mentale à son état normal ; dans le cas présent cette condition n’est pas remplie ; nous y reviendrons plus loin en parlant du surmenage mental.

Un autre fait important, qui ressort de l’examen de la courbe de l’après-midi, est l’influence produite par une heure de gymnastique ; en général on considère la gymnastique comme un repos pour l’esprit, l’expérience présente prouve nettement le contraire ; avant la classe de gymnastique le nombre de fautes était de 62, et il est monté à 152 après une heure de gymnastique ; c’est une augmentation plus considérable que celle produite par une heure de classe ordinaire. Ce fait vient confirmer avec beaucoup de force le résultat obtenu dans les laboratoires par Mosso et Bettmann ; on aurait pu peut-être croire que les expériences de laboratoire sont faites dans des conditions artificielles qui ne peuvent jamais se présenter à l’école, et que chez les élèves les effets seraient différents ; mais, dans le cas présent, d’abord on a une classe de gymnastique ordinaire telle