Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/309

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faire, ils faisaient les calculs pendant dix minutes, on ramassait les copies et on en distribuait de nouvelles, ce qui prenait cinq minutes ; puis ils calculaient de nouveau pendant dix minutes et on répétait la même chose encore deux fois ; ils avaient donc pendant une heure consacré quatre fois au calcul des périodes de dix minutes chacune.

Les expériences étaient faites sur 162 élèves de 4 classes : 68 filles de onze à douze ans et 94 garçons de douze à treize ans. En corrigeant les épreuves, l’auteur comptait comme erreur tout chiffre du résultat écrit inexactement ; ainsi par exemple si l’élève, en calculant la somme 6 893 + 3 108, écrivait 9 991 au lieu de 10 001, l’auteur comptait trois erreurs, puisqu’il y avait 3 chiffres inexacts. C’est là un défaut de la méthode ; en effet l’élève n’a en réalité commis qu’une seule erreur, puisqu’il a oublié d’ajouter l’unité des dizaines résultant de l’addition de 8 avec 3. Ce défaut de la méthode a dû influer un peu sur les résultats, mais on peut bien admettre que cette influence est faible et n’a pas d’importance pratique ; il faudrait seulement, dans le cas où on voudrait reprendre cette méthode, tenir compte de la critique que nous venons de formuler. C’est du reste ce qui a été fait dans un travail de Holmes, paru en Amérique. Passons aux résultats obtenus par l’auteur.

SÉRIES DE CALCUL NOMBRE de chiffres calculés. NOMBRE de fautes. NOMBRE de corrections.
I 28 267   851 370
II 32 477 1 293 577
III 35 443 2 011 743
IV 39 450 2 360 968

D’abord la plupart des élèves progressent dans la vitesse des calculs ; le nombre de chiffres calculés augmente du premier intervalle au quatrième, ainsi que le montre le