Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les résultats obtenus ressemblent beaucoup à ceux obtenus par la méthode des dictées, c’est-à-dire les fautes sont d’autant plus nombreuse qu’il y a eu plus de travail intellectuel avant les calculs. L’influence de l’heure de gymnastique est tout aussi nette ici qu’elle l’était d’après la méthode précédente.

Nous présentons dans le tableau ci-dessus les résultats numériques ; ils sont relatifs à une classe de 51 élèves :

FI-d315-fig. 90 - Expériences de Friedrich par la méthode des calculs.png
Fig. 90. — Expériences de Friedrich par la méthode des calculs. En ordonnées sont portés les rapports du nombre d’erreurs au nombre de chiffres calculés.

Pour avoir un graphique comparable à celui que nous avons donné pour la méthode des dictées, nous avons porté en ordonnées les rapports du nombre d’erreurs au nombre de chiffres calculés.

Le graphique de la figure 90 ressemble beaucoup à celui que nous avons donné plus haut (fig. 88) ; on voit qu’il y a relativement plus de fautes commises après deux heures de classe qu’après une heure, et plus lorsqu’il n’y a pas de récréation entre les classes que lorsqu’il y en a. L’après-midi, à 2 heures, après trois heures de repos, les élèves n’étaient pas arrivés au même état qu’avant les classes du matin.