Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les nombres de fautes indiquent au contraire une influence de la fatigue, ils augmentent vers la fin des classes. Nous représentons sur le graphique 91 les nombres de fautes pour trois classes : l’untertertia, première division, la quarta, première division, et la quinta, première division.

Le nombre de fautes est d’abord plus grand dans les classes inférieures ; de plus, il augmente continuellement à partir de la première leçon jusqu’à la cinquième ; on peut bien en conclure qu’il y a une certaine fatigue intellectuelle chez les enfants et que la méthode d’Ebbinghaus peut servir pour constater cette fatigue, à condition que l’on compte le nombre d’erreurs.

FI-d327-fig. 92 - Méthode d’Ebbinghaus-2.png
Fig. 92. — Méthode d’Ebbinghans. Nombre de lacunes remplies en dix minutes par les premiers élèves, les élèves moyens et les derniers de chaque classe.

Il est à regretter que l’auteur n’ait pas fait l’analyse psychologique des erreurs commises par les élèves ; cet examen aurait peut-être appris quelque résultat nouveau.

Nous indiquons encore brièvement les résultats que l’auteur a obtenus par sa méthode pour comparer l’intelligence des élèves d’une même classe. Dans chaque classe les élèves étaient partagés en trois groupes suivant le degré