Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VIII
MÉTHODE DE LA SENSIBILITÉ TACTILE

Lorsqu’on touche la peau avec deux pointes écartées d’un compas, la personne touchée sent bien le contact, mais souvent elle croit percevoir une seule pointe au lieu de deux ; il faut que l’écart des pointes dépasse une certaine valeur limite pour que l’on perçoive nettement deux pointes. Cet écart limite s’appelle seuil du sens du lieu de la partie de la peau que l’on étudie. Ce seuil varie beaucoup suivant les endroits de la peau, il est de quelques millimètres (2 à 4) sur la pulpe des doigts, le bout du nez, la pointe de la langue et les lèvres ; il est plus grand (7 à 15 millimètres) sur le front, les joues, le dos de la main, la face dorsale des doigts, etc., enfin il est le plus grand (40 à 60 millimètres) sur l’avant-bras, le bras, le dos, la jambe et la cuisse.

Pour déterminer la valeur du seuil on touche d’abord la peau avec deux pointes très rapprochées ; le sujet sent en général un point ; puis on touche avec deux pointes plus écartées, et on continue ainsi jusqu’au moment où le sujet sent déjà nettement deux pointes ; on note la distance limite, et on recommence la détermination encore trois ou quatre fois. On prend ensuite la moyenne arithmétique entre ces différentes déterminations.

Il faut, en faisant ces expériences, surveiller quelques causes d’erreur : le sujet ne doit pas savoir avec quel écart on le touche, il ne doit pas savoir que les écarts successifs