Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la respiration, une modification de la forme du pouls, tels sont quelques-uns des effets physiologiques que nous aurons à décrire : on ne peut les étudier, en général, qu’en employant des instruments spéciaux, et en outre il faut, pour faire les expériences nécessaires, avoir des connaissances sur la physiologie de la circulation, de la respiration, des sécrétions, etc. Nous comptons exposer très longuement, non seulement les résultats qui ont été trouvés par les auteurs, mais aussi les méthodes à suivre. Nous pensons rendre service aux psychologues, qui généralement sont trop peu familiarisés avec la psycho-physiologie. Les détails que l’on trouvera dans notre livre ne feront certainement pas double emploi avec ceux que l’on peut se procurer en ouvrant un traité moderne de physiologie, car nous nous sommes mis à un point de vue tout à fait spécial ; nous avons décrit les expériences et les méthodes pour les laboratoires de psychologie, en tenant compte surtout des causes d’erreur qui sont mentales, et en insistant sur les règles à suivre quand on se propose de résoudre un problème de psychologie. Tout notre ouvrage aura une orientation pratique, et nous insisterons beaucoup sur la technique.