Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/67

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


obstacle à la circulation et de ralentir par conséquent les battements du cœur. L’accélération du cœur pendant l’effort mental a donc lieu nonobstant ces raisons mécaniques, et elle a très probablement une origine nerveuse.