Page:Binet - Les altérations de la personnalité.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Demande. As-tu jamais vécu sur la terre ?

« Réponse. Non.

« Demande. Vivras-tu ?

« Réponse. Oui.

« Demande. Quand ?

« Réponse. Dans six ans.

« Demande. Pourquoi t’entretiens-tu avec moi ?

« Réponse. E if Clelia e l.

« L’auteur interprète ainsi : « I Clelia feel ». Moi, Clélia, je sens. Sur la demande si c’est là la solution :

« Réponse. E if Clelia e l 20.

« Demande. Est-ce vingt votre âge ?

« Réponse. (Elle était éternelle.)

« Demande. Alors 20 quoi ?

« Réponse. Mots.

« L’interrogatoire s’arrête ici et est remis au lendemain. L’auteur croit à ce moment qu’il est en relation avec un esprit au nom romantique qui s’incarnera dans six ans. Il est très agité, dort mal.


QUATRIÈME JOUR

« L’interrogation est reprise, avec la même forme emphatique.

« Demande. Pourquoi me parles-tu ?

« Réponse. (Ligne ondulée.) L’écriture répète : Pourquoi me parles-tu ?

« M. A., sans se laisser déconcerter par cette répétition, la considère comme une réponse solennelle et d’un esprit pénétrant ; il examine les motifs de sa conduite, purifie sa pensée de tout alliage terrestre, et reprend :

« Demande. Pourquoi me réponds-tu ?

« Réponse (ligne ondulée). Pourquoi me réponds-tu ?

« Demande. Est-ce moi-même qui fais la réponse ?

« Réponse. Oui.

« Demande. Clélia est-elle présente ?

« Réponse. Non.

« Demande. Qui est donc ici ?