Page:Biographie nationale de Belgique - Tome 2.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


excommunié, le jour de Pâques 1621, par le synode de Dortrecht. Ses compatriotes ne lui pardonnèrent jamais sa conversion et il fut, jusqu’à sa mort, en butte à leurs sarcasmes et à leurs attaques.

Soutenu par ceux qui l’avaient poussé à se convertir, Bertius fut nommé professeur d’éloquence au collége de Boncourt ; en 1622, Louis XIII créa en sa faveur une chaire de mathématiques au collège royal et enfin à la même époque, il le nomma son historiographe.

Cette vie orageuse avait probablement usé la constitution de Bertius ; il mourut à Paris, à l’âge de soixante-quatre ans, des suites de la dissenterie et déjà affaibli par de longues souffrances.

Ses démêlés politiques et religieux, sa polémique ardente, ses écrits philosophiques, ses discours, ses lettres, eurent un grand retentissement à l’époque où il vécut ; mais après sa mort, les disputes des Arméniens et des Gomaristes étant apaisées, cette renommée s’effaça promptement et la postérité ne se serait guère occupée de lui s’il n’avait laissé sur l’histoire, la géographie et l’hydrostatique des traités considérables qui ont établi sa réputation dans le monde des érudits. Pour la liste de ses écrits politiques et religieux nous renverrons le lecteur à Paquot et à Vander Aa qui les ont énumérés d’une manière assez complète. Il suffira sans doute de donner ici les titres de ses autres ouvrages ; nous avons déjà cité le catalogue de la bibliothèque de Leide. — 1° Variæ orbis universi et eius partium tabulæ XX geographicæ ex antiquis geographis et historicis confectæ. 1602, in-4° obl. C’est un recueil de cartes géographiques, fort estimé à l’époque où il parut. — 2° Tabularum geographicarum contractarum libri quatuor, Amstel., 1600, même ouvrage. — 3° Libri septem, in quibus tabulæ omnes gradibus distinctæ descriptiones accuratæ, cœtera suprà priores editiones politiora auctioraque ad christianissimum Galliæ et Navarræ regem Ludovicum XIII. Amstel., Sumptibus et typis œneis Jud. Hondii, 1616, in-4°. La première édition, traduite en allemand, parut à Francfort, en 1612, sous le titre de Petri Bertii, Geographische tabellen. Cette collection de cartes a servi de type aux vastes recueils publiés plus tard par Merian et Bleau. L’auteur voulait rivaliser d’exactitude et de soins avec Mercator et Ortelius, les plus célèbres géographes des Pays-Bas. — 4° Theatri geographiœ veteris tomus prior in quo cl. Ptolomæi Alexandrini geographiæ libri VIII ; græca ad codices palatinos collata, aucta et emendata sunt, latina infinitis locis correcta, opera P. Bertii, tomus posterior in quo itinerarium Anthonini imperatoris terrestre et maritimum provinciarum Gallicarum itinerarium à Burdigala. Hierosolymam usgue, tabula Peutigeriana cum notis Velseri ad tabulæ ejus partem parergi orteliani tabulæ aliquot. Amstel., ex officinà Judoci Hondii, 1619, fol., avec grand nombre de cartes. Dans sa préface l’auteur donne quelques détails intéressants sur cette vaste compilation des écrits de Ptolémée, de l’Itinéraire d’Antonin, de la Table de Peutinger et de la Notice des provinces de l’empire romain. Le même ouvrage contient Tabulœ Ptolemæiæ, décrites par Gérard Mercator : Recensuit variè, correxit auxitque Petrus Bertius. Son portrait, bien gravé par Hondius, se trouve en tête de quelques-uns des exemplaires de cet ouvrage, qui est devenu rare. — 5° Petri Bertii de Geographia oratio, Parisiis, 1622, in-4°. C’est son discours d’inauguration comme professeur de la chaire de mathématiques au collège royal que lui avait accordée le roi Louis XIII. — 6° Breviarium totius orbis terrarum. Lutetias Paris., 1625, in-4°, 17 pages. Ce traité très-abrégé de géographie générale parut encore successivement à Hanovre (1629), à Francfort (1640), à Leide, en 1647, à la suite de l’Introduction de Cluverius, à Leipsick (1662), à Amsterdam (1662 et 1676), et à Utrecht (1701). — 7° Notitia chorographica Episcopatuum Galliæ. Paris., 1625, in-fol. Recueil de cartes des évêchés de France. — 8° Commentariorum rerum Germanicarum libri tres. Amstel., 1626, in-4° obl., 732 pages, avec vues de villes gravées en taille-douce. D’autres éditions de ce livre assez estimé