Page:Bloy - Je m'accuse, La Maison d'Art, 1900.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




20. — Entrée de l’Avorteuse. Fanfares.

Quelle est donc la vieille putain qui me disait un jour : « Zola, c’est mon romancier de cœur » ?


21. — Apparence ou velléité d’un commencement de quelque chose. Émile semble vouloir punir le vice et récompenser la vertu, — sous lui. Mais, où est le vice et, surtout, où est la vertu, dans un monde imaginé par ce malheureux Crétin. Avec lui, on ne sait jamais.


22. — On sait de moins en moins. Cette fois, pourtant, il y a une femme crevée par l’Avorteuse, ainsi qu’il était aisé de le prévoir. Le grand écrivain, le prince des prosateurs nous la montre « adorable, d’une pâleur de cire ». Hé ! hé ! Le même prince remarque avec douleur l’absence d’un cierge !!!? auprès de cette charogne.

Il est beaucoup parlé de « crime » en cet endroit. Pauvre vieux !

Si nous en restions là, pour quelque temps, du moins. Si peu respectable que soit devenue la France, depuis qu’elle couche