Page:Boccace - Décaméron.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





SIXIÈME JOURNÉE




La cinquième Journée du Décaméron finie, commence la sixième, dans laquelle, sous le gouvernement d’Elisa, on devise de ceux qui, provoqués par quelque bon mot, ont riposté, ou qui, par une prompte réponse ou une sage prévoyance, ont évité perte, danger ou honte.


La lune, parvenue au milieu du ciel, avait perdu ses rayons, et déjà, sous la lumière naissante, toutes les parties de notre monde étaient éclairées, quand la reine s’étant levée et ayant fait appeler la compagnie, ils s’éloignèrent à pas lents du beau coteau, s’éparpillant sur l’herbe humide de rosée, discutant du plus ou moins de beauté des nouvelles racontées et recommençant à rire des aventures variées qui y étaient contenues, jusqu’à ce que, le soleil commençant à devenir plus chaud, il parut temps à tous de revenir à la maison. Pour quoi, ayant rebroussé chemin, ils y revinrent ; et là, trouvant les tables mises et couvertes d’herbes odorantes et de belles fleurs, ils se mirent, sur l’ordre de la reine, à manger avant que la chaleur devînt plus grande. Le repas terminé, avant de faire autre chose, on chanta quelques belles et plaisantes chansons, puis les uns allèrent dormir, d’autres restèrent à jouer aux échecs, d’autres au jeu des tables, tandis que Dioneo et Lauretta se mirent à chanter de Trojolo et de Criseida.

Quand l’heure où ils devaient se réunir fut venue, la reine les ayant tous fait appeler, selon l’habitude, ils s’assirent autour de la fontaine, et la reine allait ordonner de dire la première nouvelle, quand il advint une chose qui n’était pas encore arrivée, à savoir que la reine et tous ses compagnons entendirent une grande rumeur, produite par les servantes et les domestiques, dans la cuisine. On fit aussitôt venir le sénéchal, et on lui demanda qui criait ainsi et quelle était la cause de tout ce bruit ; à quoi le sénéchal répondit que c’était une dispute entre Licisca et Tindaro, mais qu’il en ignorait la cause, et qu’il se disposait à les faire taire quand on l’avait fait appeler. Sur quoi, la reine ordonna qu’on fît venir incontinent la Licisca et Tindaro. Dès qu’ils furent arrivés, la reine demanda la cause de leur querelle.