Page:Boccace - Décaméron.djvu/429

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’escalier où elle se mit à coudre et à attendre ce qui allait advenir de tout cela.

« Arriguccio, sorti de chez lui, s’en alla du plus vite qu’il put chez les frères de sa femme, et frappa à leur porte jusqu’à ce qu’on l’eût entendu et qu’on lui eût ouvert. Les frères de la dame, qui étaient au nombre de trois, ainsi que sa mère, entendant que c’était Arriguccio qui venait, se levèrent tous et, ayant fait allumer des lumières, vinrent à lui et lui demandèrent ce qu’il allait cherchant ainsi à cette heure et tout seul. Sur quoi Arriguccio, depuis l’incident de la ficelle qu’il avait trouvée attachée au doigt de pied de Monna Sismonda, jusqu’à ce qu’il avait vu et fait ensuite, leur raconta tout ; et pour leur donner une bonne preuve de ce qu’il avait fait, il mit dans leurs mains les cheveux qu’il croyait avoir arrachés à sa femme, ajoutant qu’ils pouvaient venir et qu’ils lui pourraient faire ce qu’ils croiraient que leur honneur exigeait, pour ce qu’il n’entendait pas la garder plus longtemps chez lui. Les frères de la dame, fortement courroucés de ce qu’ils avaient entendu, car ils le tenaient pour vrai, et furieux contre elle, firent allumer des torches, et s’étant mis en route avec Arriguccio, s’en allèrent chez lui avec l’intention de faire un mauvais parti à leur sœur. Ce que voyant leur mère, elle se mit à les suivre en pleurant, les suppliant tour à tour de ne point croire si vite de pareilles choses sans en avoir vu ou en avoir appris davantage, pour ce que le mari pouvait fort bien s’être mis en colère contre elle et l’avoir battue pour un tout autre motif, et donner maintenant cette raison pour excuse ; elle ajoutait aussi qu’elle s’étonnait beaucoup que cela eût pu arriver, car elle connaissait bien sa fille, l’ayant élevée dès son plus jeune âge ; et elle leur tenait bon nombre de propos semblables.

« Arrivés à la maison d’Arriguccio et y étant entrés, ils se mirent à monter l’escalier. Monna Sismonda, les entendant venir dit : « — Qui est là ? — » À quoi l’un de ses frères répondit : « — Tu le sauras bien, qui c’est, femme coupable. — » Monna Sismonda dit alors : « — Que veut donc dire ceci ! Seigneur, aidez-nous ! — » Et, s’étant levée tout debout, elle dit : « — Mes frères, soyez les bien venus ; que cherchez-vous tous trois à cette heure ? — » Ceux-ci, l’ayant vue assise et en train de coudre et sans qu’aucune trace sur sa figure n’indiquât qu’elle eût été battue, alors qu’Arriguccio leur avait dit qu’il l’avait toute meurtrie, s’étonnèrent tout d’abord, et, refrénant l’impétuosité de leur colère, lui demandèrent des explications sur ce dont Arriguccio se plaignait à son sujet, la menaçant vivement si elle ne leur disait pas tout. La dame leur dit : « — Je ne sais ce que j’ai à vous dire, ni de quoi Arriguccio a pu se