Page:Boccace - Décaméron.djvu/507

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gnant qu’elle ne lui fît du mal s’il n’y montait pas, cette nouvelle peur chassa la première, et il descendit du tombeau disant tout bas : Dieu me soit en aide ! Puis il monta sur la bête, et après s’y être bien installé, il se croisa les mains, tout tremblant, de la façon qu’il lui avait été dit. Alors Buffamalcco se dirigea doucement vers Santa Maria della Scala, et marchant à quatre pattes il le porta jusque vers les dames de Ripole. Il y avait alors dans cette rue des fosses dans lesquelles les laboureurs des champs voisins faisaient vider la comtesse de Civillari pour engraisser leurs champs. Dès que Buffamalcco fut auprès, il s’approcha du bord de l’une d’elle, et prenant bien son temps, il porta la main à l’un des pieds du médecin, et s’en débarrassant d’un coup d’épaule, il le jeta dans la fosse la tête la première, puis il se mit à grincer des dents, à sauter, à faire le furieux, et s’en alla le long de Santa Maria della Scala du côté du pré d’Ognisanti où il retrouva Bruno qui, ne pouvant se retenir de rire, s’était enfui. Et tous deux s’en donnant à cœur joie, se mirent à regarder de loin ce que ferait le médecin embrené.

« Messer le médecin, se voyant dans un endroit si abominable, s’efforçait de se relever et d’en sortir, et retombant tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, il s’empêtra de la tête aux pieds ; enfin, dolent et tout plaintif, après en avoir avalé quelques drachmes, il réussit à en sortir, en y laissant toutefois son capuchon. S’essuyant avec les mains du mieux qu’il pouvait, ne sachant quel autre parti prendre, il s’en retourna chez lui et frappa jusqu’à ce qu’on lui ouvrît. Il était à peine entré, et la porte venait de se refermer sur lui, que Bruno et Buffamalcco arrivèrent juste pour entendre comment le maître était reçu par sa femme. S’étant mis à écouter, ils entendirent la dame lui dire les plus grosses injures qui eussent jamais été dites à un pauvre diable ; elle disait : « — Eh ! comme cela te sied bien ! Tu étais allé voir quelque autre femme, et tu voulais paraître devant elle avec honneur dans ta robe d’écarlate. Or, ne te suffisais-je pas, moi ? Ma mie, je suffirais à tout un peuple, et non seulement à toi. T’eusse-t-on aussi bien noyé comme on t’a jeté là où tu méritais d’être jeté. Voilà, par ma foi, un honnête médecin ! Il a femme, et il va la nuit chercher les femmes des autres ! — » Et pendant que le médecin se faisait laver du haut en bas, la dame ne cessa de le tourmenter jusqu’à minuit avec de semblables reproches et bon nombre d’autres.

« Le lendemain matin, Bruno et Buffamalcco, après s’être peints sur toute la peau des taches livides comme en laissent les coups de bâton, s’en vinrent à la maison du médecin, et le trouvèrent déjà levé. Étant entrés, ils sentirent que tout