Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et qu’au Public crédule aisément on impose !
Dès qu’elle est favorable, elle met en crédit,
Et porte l’ignorant comme l’homme d’esprit.
Il faut un nom fameux pour éblouir le monde,
Et c’est sur le bonheur que son éclat se fonde.


LISETTE.

Oui, qui fait tous les jours la réputation,
Et même le talent ? mais c’est l’occasion ;
La faveur d’un instant ou d’une circonstance
Suffit pour l’établir ou lui donner naissance :
Ton Maître, dans le fond, mieux qu’un autre le peut ;
Quand on a de l’esprit, on est tout ce qu’on veut.


CHAMPAGNE.

Ce métier lui déplaît, la foule l’importune ;
Mais, s’il le vouloit bien, nous y ferions fortune.
En mon particulier, Lisette, à son insu,
J’ai là plus d’un Louis que j’ai déja reçu.


LISETTE.

Il devroit préférer la Médecine aux armes.


CHAMPAGNE.

Qu’oses-tu proposer ?


LISETTE.

Qu’oses-tu proposer ? À tort tu te gendarmes.


CHAMPAGNE.

Des Guerriers tels que nous devenir Médecins !
Abuser à la fois & tuer les humains !


LISETTE.

On les tue à la guerre.


CHAMPAGNE.

On les tue à la guerre.Oh ! c’est sans perfidie,
En attaquant leurs jours, on expose sa vie.
Si nous les égorgeons, c’est du moins noblement.


LISETTE.

Ils n’en sont pas moins morts, un Médecin souvent
Les guérit par hazard, il en fera de même.


CHAMPAGNE.

Notre délicatesse est là-dessus extrême ;