Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Son succès cependant à tel point est porté,
Qu’il attache à son char tout le sexe enchanté,
Et c’est à qui l’aura. J’en ai vu trois ou quatre,
Qui pour se l’arracher sont prêtes à se battre :
Une femme titrée, & fiere de son rang,
Est la plus acharnée, & veut tout mettre à sang.



Scène II.

LUCILE, LISETTE, CHAMPAGNE.



LUCILE.

Il faut que pour le coup Montval m’ait oubliée ;
Il tarde trop long-tems, & j’en suis effrayée.


CHAMPAGNE.

Il est, Mademoiselle, arrêté malgré lui,
Et cent fois plus que vous il en sent de l’ennui.

(Il sort.)



Scène III.

LUCILE, LISETTE, LA MARQUISE.



LA MARQUISE, à Lucile.

Je te cherche partout, ta santé m’inquiete,
Elle paroît meilleure, & j’en suis satisfaite.


LUCILE.

Elle vous le paroît, mais elle ne l’est point.


LA MARQUISE.

Ton visage me rend tranquille sur ce point.
Un autre soin m’agite. Apprends que la Comtesse
Prétend nous enlever ton Médecin, ma niece.