Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
116
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

En attendant que l’année scolaire commençât, ils furent logés au Collège. En Septembre, ils prirent la direction de cette maison qui, selon les prévisions de Mgr. Prince, n’a cessé de prospérer, bien que son ciel n’ait pas toujours été exempt d’orage.

Tranquillisé sur le sort de sa fondation, se reposant entièrement sur l’habileté des religieux pour le soin et l’impulsion à donner aux études dont il avait pourtant tracé le programme, le fondateur n’apparaissait au Collège que pour y applaudir au travail et aux succès de ses chers enfants, pour y surveiller les améliorations temporelles dont sa générosité prévoyante ne se lassait pas de poursuivre le cours.

L’amour, le respect et la confiance dont l’entouraient les professeurs et les élèves « le dédommageait amplement, disait-il, des petits services qu’il avait essayé de rendre à la jeunesse de sa localité. »

Il faut entendre parler les jeunes gens d’alors qui eurent le bonheur de le voir, de l’entendre, de jouir de sa présence au milieu d’eux, pour se faire une idée de l’attachement filial et de l’admiration qu’il inspirait à tous, par sa conduite si pleine de noblesse, de bonté et d’affectueuse tendresse.