Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
35
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

rances, doit sentir palpiter son cœur, sous l’effet d’une bien douce émotion.

C’est le voyageur empressé, qui, après avoir franchi les déserts et les solitudes, aperçoit enfin, du sommet d’une montagne qu’il vient de gravir, la patrie, le clocher de son village, le toit de ses pères.

En effet, celui-ci n’a pas le cœur plus joyeux, ne respire pas plus à l’aise que l’étudiant qui, après les anxiétés de l’examen, emporte sur son cœur le parchemin chéri, désiré depuis si longtemps.

C’est le premier triomphe de la vie ! Quel suave parfum il doit apporter à l’âme confiante, de cette jeunesse, avide d’honneur, et dont le cœur s’ouvre aussi naturellement à l’espérance du bonheur, que le calice des fleurs aux rayons du soleil qui les fait s’épanouir !

Et, il est si doux de se bercer que ce succès n’est que le premier anneau d’une longue chaîne de prospérité !…

Illusion du jeune âge ! Combien il serait à souhaiter que tes charmes ne s’évanouissent sitôt !

Hélas ! bien souvent, les orages du cœur, le vent du malheur et de l’adversité viennent déchirer trop soudainement les voiles trompeurs qui nous laissent entrevoir la vie, comme