Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
36
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

un Éden délicieux, où nous n’avons qu’à tendre la main pour cueillir les fleurs odorantes et les fruits savoureux.

Toutes les âmes cependant ne se prennent pas du même enthousiasme : certains esprits plus sérieux n’osent se flatter que le chemin de la vie sera pour eux sans épines et sans douleurs. Barthélemi Joliette fut du nombre de ces derniers. D’un naturel réfléchi, il entrevoyait l’avenir avec ses phases inconstantes, variables à l’infini : ses alternatives de succès et de revers, ses sacrifices tempérés par l’espérance, ses travaux et ses souffrances adoucis par les joies de la vertu et le témoignage d’une conscience heureuse de l’accomplissement de ses devoirs.

Il était en droit cependant, d’envisager d’un regard confiant, la carrière qui s’ouvrait devant lui, sous les plus beaux auspices. Sa commission professionnelle, il l’avait bien et dûment acquise par six années d’un travail rude et constant.

Il se mit aussitôt à l’œuvre, et dès la première année de sa vie publique, on vit dans sa personne et dans ses actes, l’homme vertueux et intègre qui, pendant quarante ans, honora la profession de notaire par une conduite sans reproche.

À cette époque, le village et la paroisse de