Page:Bosquet - La Normandie romanesque.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
181
MONUMENTS DRUIDIQUES.

suivants : — Menhir de Saint-Sulpice-sur-Rille : situé au bord de la Rille, sur un lieu nommé Écubley, en face l’église de Saint-Sulpice, à 1 500 pas du dolmen du Jarrier ; un autre menhir de la même commune, situé sur le coteau occupé par l’église, au milieu d’une cour nommée la Chévrolière ; — Menhirs d’Échauffour : ils sont au nombre de deux encore debout ; un troisième, situé à quelque distance, a été renversé. On remarque aussi, dans le voisinage, les restes d’un dolmen brisé. Les menhirs d’Échauffour sont surnommés les Croûtes, et l’on attribue leur érection aux géants. — Menhir de Ville-dieu-les-Bailleul, dit Pierre levée : situé dans le voisinage des rochers qui renferment la Caverne du Serpent[1]Menhir de Tournay, dit la Pierre au Bordeux : il se trouve aussi à une assez petite distance, vers le sud-est, des rochers de Villedieu, auprès d’une ferme nommée Montmilcent. — Menhir de Gouffern : c’est le plus remarquable de ceux que nous venons d’indiquer ; il se rencontre dans la forêt de Gouffern, à deux lieues d’Argentan, à trois lieues de Trun, et à une lieue du célèbre haras du Pin. Sur la face nord de ce monolithe on remarque plusieurs enfoncements dé formé ronde, dans lesquels le peuple croit reconnaître les empreintes de la tête et des épaules des géants qui ont, avec des efforts capables de meurtrir la pierre, élevé ce monument sur sa base. Il se trouve aussi, au pied du menhir de Gouffern, une excavation résultant des fouilles pratiquées pour y découvrir un trésor. On croit encore que des richesses sont cachées sous cette pierre, mais que les fées n’en révèlent la connaissance qu’à leurs protégés. — Menhirs de Passais, à trois lieues de Domfront, vers l’ouest : se trouvent au milieu d’épais bocages, dans le voisinage d’un dolmen et de plusieurs débris de monuments semblables. Ce lieu, que tout indique pour avoir été un des sanctuaires les plus mystérieux du culte druidique, est devenu de fort mauvais renom parmi les générations modernes de nos paysans : les méchants génies

  1. Voir au chapitre des Animaux fabuleux.