Page:Bosquet - La Normandie romanesque.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
182
CHAPITRE IX.

qui l’habitent sèment, dit-on, sur le sol, des monceaux d’argent pour éblouir et duper les passants, et, lorsqu’un téméraire s’approche, quand vient la nuit, trop près des pierres sacrées, il est saisi, secoué, battu, maltraité par des hommes d’une taille gigantesque et d’une force irrésistible[1]. — Menhir de la forêt Auvray : est situé au centre d’une prairie nommée le Val d’Orne ; cette pierre est de forme pyramidale et a trois mètres d’élévation. — Menhir du Repas : on le trouve dans un champ voisin du château de ce nom ; il est dit la Droite pierre. — Menhir de Cramesnil : existe sur la ferme du Grandouit ; il offre quatre faces bien marquées, dont les quatre angles correspondent aux quatre points cardinaux. Les villageois nomment ce monolithe Pierre de Jargantua. — Menhirs d’Heloup : il existait jadis à Heloup, arrondissement d’Alençon, des menhirs très remarquables, mais on n’y trouve plus maintenant que deux pierres celtiques ; l’une est renversée ; l’autre, debout encore, est nommée la Pierre longue. Malgré la destruction des monuments les plus importants de ce lieu, il n’en est pas moins fréquenté par des esprits, qui s’y font voir et même entendre. — Menhir de saint Cénery : on le montre dans une petite chapelle située au fond de la presqu’île formée par la Sarthe. Cette pierre a servi, dit-on, de lit au bienheureux hermite saint Cénery, qui vint d’Italie, au viie siècle, se fixer dans nos contrées ; mais cette tradition semble assez difficile à expliquer, puisqu’on assure en même temps que ce monument était encore debout, il y a une soixantaine d’années, et qu’il fût renversé en cherchant le trésor que l’on supposait être caché dessous. Il existe sur cette pierre un enfoncement pratiqué par les pèlerins qui viennent, à certains jours, en extraire, avec leurs couteaux, une poussière qu’ils regardent comme un spécifique infaillible pour les tranchées des enfants. Une autre pierre, que l’on trouve couchée au fond de la rivière,

  1. F.Galeron, Monum. druidiques du département de l’Orne ; — Recherch. archéolog. dans l’arrondissement de Domfront ; (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 1829-1830, p. 121 et suiv.)