Page:Bosquet - La Normandie romanesque.djvu/296

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
263
REVENANTS.

L’attachement d’un mort à certains lieux, ses apparitions fréquentes, et la reproduction des actes de sa vie, sont quelquefois aussi un supplice infligé à ses propres crimes. Dans la commune de Saint-Mards-sur-Rille, canton de Pont-Audemer, au hameau de la Croix-Hamel, est située, à l’embranchement de plusieurs chemins, une croix qui a donné son nom au hameau. Les habitants du pays ont surnommé cette croix la Croix des Magnants[1], parce que des hommes qui exerçaient la profession de chaudronniers ambulants furent engloutis en cet endroit, après avoir commis un acte d’impiété. Ils continuèrent d’habiter l’abîme souterrain où leur crime les avait précipités ; naguère encore, on croyait entendre le bruit sourd et mesuré du marteau sur leurs chaudrons qu’ils ne doivent point cesser de battre jusqu’à la fin des siècles[2]. Dans la Basse-Normandie, on croit que les petits enfants morts tirent le bras hors de leur tombe lorsque, pendant leur vie, ils ont levé la main sur leurs parents. Une correction maternelle doit expier leur faute, et les mères, par un soin miséricordieux, vont fouetter, dans les cimetières, ces petits cadavres tourmentés[3].

Certaine violation du droit de propriété, assez fréquente dans nos campagnes, fait aussi encourir, à celui qui s’en est rendu coupable, l’inexplicable tourment des apparitions forcées, et de la vie d’outre-tombe. Un homme qui a déplacé la borne de son champ, au préjudice de son voisin, doit, après sa mort, revenir toutes les nuits au lieu même où sa fraude a été commise. On raconte qu’un de ces malheureux fantômes ne cessait, pendant sa visite nocturne, de s’écrier d’une voix lamentable : Où la remettrai-je ? Où la remettrai-je ? Où faut-il la remettre ? Personne n’avait tenté de l’apaiser par

  1. Magnants est le nom que les paysans de la Normandie donnent aux chaudronniers ambulants.
  2. A. Canel, Essai sur l’arrond. de Pont-Audemer, t. I, p. 358.
  3. L. Dubois, Annuaire statistique du départ, de l’Orne, 1809. — L.-J. Chrétien, Usages, préjugés et superst. de l’arrond. d’Argentan.