Page:Bouasse - Optique géométrique élémentaire, Focométrie, Optométrie, 1917.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


doux. Pour que la rotation de SS se fasse sans heurts ni grippements, on interpose une rondelle B.

Une tige circulaire T fixée sur PP sert de chemin circulaire.

Pour mesurer les rotations de l’alidade, on s’en sert comme de compas pour tracer la circonférence GG. Enlevant l’alidade, on découpe la planche PP à la scie à chantourner, suivant ce trait. Sur le champ cylindrique obtenu, on visse une règle plate en poirier dont le biseau, est divisé en millimètres. Mesurant le rayon de la circonférence qui correspond à l’extrémité du biseau, on transforme les millimètres de la règle en radians, puis en angles.

FIGURE 235

On prendra pour rayon à peu près 70 cm. On trouve dans le commerce des règles en poirier de 70 cm. de long. L’appareil permet donc de mesurer des angles jusqu’à un radian, soit environ 57°.

Le degré vaut un peu plus de 12 mm. : la sensibilité de l’appareil est donc notable.

Pour préciser l’azimut de l’alidade, on peut utiliser une petite lentille de 10 cm. de distance focale, étroitement diaphragmée, pour éviter les erreurs de parallaxe. Elle est tenue par un bout de laiton qui supporte une fine aiguille S dont la pointe est à quelques millimètres de la graduation (aussi près que l’ajustage de l’appareil le permet).