Page:Boucher de Perthes - De la misère.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(57)

mieux que chez nous où l’on donne moins au malheureux qu’on ne lui jette, où, en le nourrissant, on le dégrade. Or, l’humiliation mutile un homme comme la hache, plus que la hache peut-être ; oui, le déconsidérer à ses propres yeux, c’est lui couper les bras, c’est lui écraser le cœur.

Le pays de l’Europe où il y a le plus de misère, c’est l’Angleterre ; c’est aussi celui où l’on a toujours donné le plus. La taxe pour les pauvres, élevée progressivement jusqu’à 200 millions de francs, n’a fait qu’en augmenter la masse. Cela fût arrivé partout ailleurs.

La France est au contraire l’état européen où il pourrait y avoir le moins de misère, où peut-être il y en a effectivement le moins ; mais, nous l’avons déjà dit, c’est celui où l’on voit le plus celle qui y est, parce que cette pauvreté réelle où fictive ne perd aucune occasion de se montrer, que le mendiant y est partout, et partout comme sur son héritage, comme en pays conquis. Ce n’est pas une faveur qu’il demande, c’est un droit qu’il maintient, un impôt qu’il lève ; c’est le prix de la peine qu’il prend de vous demander. Demander est son métier, il n’en connaît pas d’autre, il n’a jamais travaillé, il n’a pas l’idée qu’il doive le faire ou même qu’il le puisse ; la proposition qu’on lui en ferait lui semblerait aussi ridicule, aussi impertinente qu’elle le paraîtrait à un gros rentier ou à un paralytique, et cela, dans un pays où ce mendiant a journellement l’occasion de s’occuper.

Dans nos départemens les plus riches, les plus susceptibles de fertilité et d’abondance, dans ceux-là même où l’on a le plus besoin de bras, le Nord, le Finistère, le Morbihan, la Somme, c’est là où les mendians pullulent, où ils sont même devenus redoutables. Parcourez nos campagnes, le fermier épouvanté s’y voit à toute heure entouré de hordes de vagabonds, jeunes et robustes, qui, la torche d’une main et tendant l’autre, ne lui laissent le choix qu’entre la contribution ou l’incendie. Oui, voilà où nous sommes arrivés par notre système de