Page:Bouchette - Emparons-nous de l'industrie, 1901.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33

parcelle de minerai qu’on leur apporte du dehors. Chaque habitant de la contrée sait que son minerai sera examiné gratuitement, et tant d’échantillons arrivent que six chimistes y sont constamment occupés. L’on ne laisse rien au hasard. On applique tout simplement le sens commun aux recherches scientifiques. Voilà une leçon que nous aurions dû apprendre il y a longtemps ! »

Quelle leçon, en effet ! C’est le miracle de la multiplication des pains. Si un simple particulier a pu faire tout cela, quel serait le résultat si le même système était appliqué par un gouvernement à toutes les possibilités industrielles de la province de Québec. Dans un cas il ne n’agit que d’un capitaliste, qui cherche à augmenter ses capitaux ; dans l’autre, du bonheur et de l’avenir de tout un peuple. Il s’agit de s’emparer de l’industrie sans qu’elle nous asservisse, de s’en emparer pour nous et pour nos enfants.