Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P1 - A-G.djvu/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de Ferdinand, il prit le titre de roi sous le nom de Charles V, rentra en Espagne les armes à la main (1834). Les Carlistes, ses partisans, ayant été vaincus en 1839, il se réfugia en France, fut interné à Bourges, et mourut à Trieste en 1847.—Ses prétentions ont été reprises par son fils, lâlCte de Monte-molin (F. ce nom), et par son petiMiis, Charles de Bourbon (1848-1909)|Don Carlos, qui, sous le nom de Charles VII. les renouvela sous le roi Amédée (juill.1872) et sous la république de 1873, et s'empara de plusieurs villes du N. de l'Espagne.

CARLOSTADT (André BODESTEIN, dit). ami de Luther, ainsi nommé de la ville de Carlstadt, en Fran-conie, où il était né, était professeur de théologie et doyen de l'Université à Wittemberg en 1512. Il fut un des premiers à embrasser la Réforme et à se marier ; mais il ne tarda pas à se séparer de Luther au Bujot de l'Eucharistie, et combattit la présence réelle (V. SACRAMENTAIRES). Mortà Bâle en 1541.

CARLOTTA (LA), V. d'Espagne, une des colonies étrangères de la Sierra-Morena établies en 1767 par Olavidès, à 25 kil. S. O. de Cordoue; 4000 hab., en grande partie Français et Savoyards.

CARLOVINGIENS, illustre famille qui a donné un grand nombre de souverains à la France, à l'Allemagne et à l'Italie pendant les ix° et x« siècles. Elle doit son nom à Charles-Martel, maire du palais, fils de Pepi n d'Héristal, et père de Pepi n le Bref. Voici la liste des souverains de cette famille ; Rois de France. Charles-Martel, 715-741 ; Pépin le Bref, 752-768; Charlemagne, 768-814; Louis le Débonnaire, 814-840; Charles le Chauve, 840-877; Louis le Bègue, 877-879; Louis III et Carloman, 879-884; Charles le Gros, 884-887; Charles le Simple, 893-923; Louis d'Outremer, 936-954; Lothaire, 954-986; Louis V, le Fainéant, 986-987. Empereurs. Charlemagne, 800-814; Louis le Débonnaire. 814-840; Lothaire, 817-855; Louis II, fils de Lothaire, 850-876; Charles le Chauve, 876-877; Charles le Gros, 880-887 ; Guy de Spolète, 891-894; Lambert, 894-896; Arnoul de Carinthie, 896-899; Louis, fils de Boson, 901-902; Bérenger, 906-924. Itois d'Allemagne ou de Germanie. Charlemagne, 800-814; Louis le Débonnaire, 814-840; Louis II, le Germanique, 840-876; Louis le Jeune ou de Saxe, «76-882; Charles le Gros, 882-887; Arnoul de Carinthie, 887-899 ; Louis l'Enfant, 899-911. Rois d'Italie. Charlemagne, 774-781-; Pépin, 781-812; Bernard, 812-818; Louis le Débonnaire, 818-820; Lothaire, 820-855; Louis II, 855-875; Charles le Chauve, 875-876; Charles le Gros, 879-881 ; Guy, 881-888; Bérenger, 888-894, 905-924; Lambert, 894-900; Louis, fils de Boson, 900-905; Hugues de Provence, 926-947; Lothaire, 945-9150; Bérenger II et Adalbert, 950-961. En France, la mort de Louis V, le Fainéant (987), amena sur le trône Hugues Capet, qui fut reconnu roi à l'exclusion de Charles de Lorraine, 2° fils de Louis d'Outremer. En Allemagne, les Cârlovingiens s'éteignirent en la personne de Louis IV, l'Enfant (911), et furent remplacés par les maisons de Saxe et de Franconie. En Italie, après la mort d'Adalbert, dernier roi carlovingien (961), Othon le Grand réunit ce royaume à l'empire.

CARLOW, v. d'Irlande (Leinster), ch-.-l. d'un comté de même nom, sur le Barrow, à 67 k. S. O. de Dublin; 10000 hab. Ancien château fort anglo-normand, anc abbaye, temple protestant, hospice d'aliénés. Un peu de commerce. — Le comté est situé entre ceux de Kilkenny, Kildare, la Reine, "Wicklow et Wexford; 88 980 hectares, 86 228 hab.

CARLOWITZ, v. des États autrichiens (Esclavonie militaire), sur le Danube qui souvent l'inonde, à 10 kil. S. E. de Peterwaradin ; 5600 h. Archevêché grec; école illyrienne, école catholique. Vin estimé, vermouth. — 11 y fut signé en 1699 un traité de paix, par lequel la Turquie cédait : à l'Autriche toute la Hongrie turque (moins Temeswar et Belgrade) et ses prétentions à la suzeraineté de la Transylvanie; à la Pologne,. Kaminiec, la Podolie et l'Ukraine en dëcS. du Dniepr : à Venise, la Morée, l'île d'Égine et plusieurs places en Dalmatie; à la Russie, Azov.

CARLSBAD, v. de Bohême (Elnbogen), sur la Toppel, à 11 k. N-E. d'Elnbogen ; 3000 h. permanents. Couteaux, .aiguilles, etc. Eaux thermales découvertes par l'empereur Charles IV dans une partie de chasse en 1358, d'où le nom de Carlsbad (c-à-d. bain de Charles) rsel de Carlsbad (sulfate de soude),

— Il s'y tint en 1819 un congrès des souverains d'Al lemagne pour établir une police plus rigoureuse con tre les étudiants ej contre l'esprit de libéralisme.

CARLSBQURG, Apulum chez les anciens, Àïba Julia, Mba Carolina en latin moderne, Weissen-bourg en allemand (alb, weiss, signifient blanc), v. de Transylvanie, ch.-l. ducbmitatde'Weissembourg, sur le Maros; 6500 h. Ville petite, mais importante comme place forte; siège de l'évêché catholique de Transylvanie; anc résidence des princes de Transylvanie; cathédrale où se trouve le tombeau de J. Hu-niade. Aux environs, riches mines d'or.

CARLSCRONA, v. de Suède, à 400 kil. S. O. de Stockholm, sur la mer Baltique, est en grande partie construite sur de petites îles qui touchent à la côte ; 15 000 hab. Port militaire, le premier du roy. ; forts, bassins, chantiers et autres établissements pour la marine.—Fondée par Charles IX, augmentée par Charles XI en 1679, détruite en partie par un incendie en 1790.

CARLSHAFEN, v. de Hesse-Cassel, à 32 kil. N. de Cassel, sur le Weser et la Dimel ; 2000 hab. Canal, port. La v. est bâtie à l'italienne. Hôpital d'invalides fondé en 1704. — Syburg était le 1" nom de cette ville; le landgrave Charles, qui la rebâtit en 1699, lui donna en 1717 celui qu'elle porte auj.

CARLSRUHE, capit. du grand-duché de Bade, à 7 kil. delar.dr. duRnîn, à 67 kil. N. E de Strasbourg; 25000 hab. Très-jolie ville; beau château; monuments divers, églises, caserne, théâtre, porte d'Ettlin-gen, etc. Académie, biblioth.,'beaucoup d'établissements d'instruction. Industrie : soieries", bijouterie, carrosserie, meubles, amidon, etc. Un chemin de-fer l'unit à Heidelberg par Manheim et à Bâle par Rastadt.— Cette v. fut fondée en 1715 par Charfês-Guillaume, margrave de Bade-Dourlach, qui en fit sa résidence et lui donna le nom de Carlsrme, c-à-d. repos de Charles : ce n'était auparavant qu'un simple rendez-vous de châsse.

CARLSTAD, v. de Suède, sur le lac "Wener, ch.-l. du gouvt de Carlstad, à 255 kil. O. de Stockholm; 2000 hab. Cathédrale. Commerce assez actif.

— Fondée en 1584 par Charles duo de Sudermanie (Ch. IX). — Dans le gouvt de Carlstad sont de riches- mines de fer qui donnent 300000 quintaux par an,

CARLSTADT, v. forte des États . autrichiens (Trieste), à 164 kil. E. de Trieste; 6000liab. Évêohé grec orthodoxe. Château, chantiers de construction.

— V. de Bavière (Basse-Franconie), à 54 kil. N. p de Wurtzbourg; 3000 hab. Patrie de Carlostad.

CARLSTADT-VARASDIN (Généralat de),goùvt des États autrichiens qui, réuni au'banàt de Croatie, forme une des 4 divisions du gouvt des Confins militaires.

CARLUX, ch.-l. de cant. (Dordogne), sur la Dor-dogne, à 11 kil. E. de Sarlat; 360 tiab. Ruines d'une forteresse.

CARMAGNOLE, v. du roy. d'Italie, dans le Piémont, à 24 kil. S. E. de Turin; 12000.hab. Belle place. Patrie de François Bussone, dit Carmagnole. Prise en 1691 par Catinat et en 1796. — Pendant la Révolution, on donna le nom de Carmagnole à une chanson républicaine injurieuse à la cour, puis au costume négligé qu'adoptèrent les Jacobins en 1793. On croit que l'air de la Carmagnole, bien antérieur à la Révolution, fut d'abord fait pour une chanson populaire dans laquelle était célébrée une grande victoire remportée sur les Suisses par le général François Carmagnole (qui suit);

CARMAGNOLE (François BUSSONE, dit), général