Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P2 - H-P.djvu/2

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

en leur faisant boire un breuvage enivrant (le hatchich), et qui à sa voix couraient assassiner les victimes qu'il désignait. Il conserva sa puissance jusqu'à sa mort (1124) et étendit ses conquêtes. Ses successeurs sont connus sous le nom de Vieux de la Montagne. V. ASSASSINS.

HAÇAN-BUZURK, c.-à-d. le Grand, chef de la maison des Ilkaniens, avait été nommé par Behaderkhan gouverneur de l'Asie-Mineure ; il s'empara de Bagdad à la mort du prince mogol (1355), et fonda un nouvel empire. Il mourut vers 1356.

HAÇAN-BEN-AL-HAÇAN, vulgairement Alhazen, astronome arabe, né à Bassora vers 980, mort en 1038, fut appelé en Égypte par le sultan Hakem pour y construire une machine qui devait mettre les habitants à l'abri des inondations du Nil; il ne put exécuter ce projet, et, pour échapper à la colère du sultan, feignit d'être fou. On a de lui un traité d’Optique, trad. en latin et publié par Risner, Bâle, 1572.

HACELDAMA (c.-à-d. prix du sang), champ voisin de Jérusalem, fut acheté avec l'argent qui avait été donné à Judas pour trahir Jésus, et que le traître, poussé par ses remords, avait rendu au chef de la synagogue. Ce champ servit de sépulture aux étrangers.

HACHA (RIO-DE-LA) V. RIO-DE-LA-HACHA.

HACHEM. V. HASCHEM et HESCHAM.

HACHETTE (Jeanne), de Beauvais, s'est rendue célèbre par le courage qu'elle déploya lors du siège que le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, fit de cette ville en 1472 ; elle monta, dit-on, sur la muraille à la tête de plusieurs autres femmes et arracha l'étendard qu'y plantait déjà un soldat bourguignon. Les historiens varient sur le véritable nom de cette héroïne (Jeanne Fouquet ou Jeanne Lainé) ; il paraît que le nom de Hachette lui vient d'une hachette dont elle aurait été armée au moment du siège.

HACHETTE (Pierre), géomètre, né à Mézières en l769, m. en 1834, devint professeur à l'École Polytechnique dès sa fondation (1794), fit partie de l'expédition d’Égypte; fut nommé en 1816 professeur à la Faculté des sciences de Paris, et fut admis à l'Institut en 1830. On a de lui un traité de Géométrie descriptive, un Traité élémentaire des Machines, une Correspondance sur l'École polytechnique, et de nombreux mémoires.

HACHETTE (Louis), libraire français, né à Réthel en 1806, m. en 1864; était élève de l'École normale ; fut éloigné de l'enseignement par le licenciement de cette école en 1822; fonda en 1826 une librairie classique, à laquelle son activité donna de très-grands développements; y joignit depuis une librairie scientifique et littéraire d'où sont sorties de nombreuses et importantes publications ; a fondé plusieurs recueils périodiques, la Revue de l'instr. publ., le Manuel général de l'instr. primaire, etc.

HACKNEY, paroisse d'Angleterre (Middlesex), à 5 kil. N. E. de Londres, dont on la regarde comme un faubourg; 32 000 hab. Serres, pépinières, hospice d'orphelins. On croit que c'est à Hackney que furent d'abord employées les voitures de louage que les Anglais appellent Hackney coaches.

HADDINGTON, v. d’Écosse, ch.-l. du comté d'Haddington, à 24 kil. E. d’Édimbourg, sur la Tyne, 6000 hab. Chemin de fer. — Le comté de Haddington ou d'East-Lothian a pour bornes au N. le golfe de Forth, au S. le comté de Berwick, à l'E. la mer du Nord, à l'O. le comté d’Édimbourg : 40 kil. sur 26; 36 000 hab. Mines de fer, de plomb, de houille.

HADELN, petit pays de la Prusse, à l'emb. de l'Elbe; 22 kil. sur 17. 16 000 hab.; ch.-l., Otterdorf. Sol plat, au-dessous du niveau de l'Océan.

HADERSLEBEN, ville du Sleswig, chef-lieu de bailliage, à 51 kil. N. de Flensborg, sur le Petit Belt ; 3000 hab. Petit port, qui sert de principal passage pour aller du Sleswig à l'île de Fionie.

HADJAR, contrée d'Arabie. V. BAHREIN.

HADJI (c.-à-d. en arabe pèlerin), nom que prennent les Musulmans qui ont fait le pèlerinage de la Mecque ou de Médine, pèlerinage que doit faire au moins une fois dans la vie tout disciple de Mahomet.

HADJI-KHALFA, savant turc, nommé aussi Kalib-Tchélébi, né à Constantinople vers 1600, m. en 1658, fut 1er secrétaire et grand trésorier du sultan Amurath IV. On a de lui : Découverte des pensées touchant les livres et les genres, précieux traité de bibliographie, publ. à Leipsick par Flugel, turc-lat.,7 vol. in-4, 1843-58; Tables chronologiques depuis la création d'Adam jusqu'en 1640, Constantinople, 1733, in-fol., trad. du turc en latin par Koehler, et en franc. par Galland; Géographie, en arabe ; Histoire de Constantinople, etc., 1732 (trad. en français par Armain, 1743).

HADLEY (sir John), astronome du XVIIIe siècle, membre et vice-président de la Société royale de Londres, a inventé l’octant ou quartier de réflexion qui porte son nom, et qui permet, dans les observations astronomiques, de mesurer les angles malgré le mouvement du vaisseau. On a de lui : Description d'un nouvel instrument pour mesurer les angles, 1731.

HADRAMAOUT, contrée de l'Arabie méridionale, s'étend le long du golfe d'Oman, entre l'Yémen à l'O. et le Marah à l'E. Villes principales : Macouba, Sahar, Sedjer, Dofar, Morebat et Hazek, toutes sur la côte. — L'Hadramaout tire son nom de l'ancien peuple des Adramites, qui l'habitait jadis, avec les Sabéens, les Homérites, etc. H était compris dans l'Arabie Heureuse.

HADRIA, HADRUMETUM, etc. V. ADRIA, etC.

HÆMI EXTREMA, Emineh Boroun, cap de la Thrace, au N. E., formait la séparation entre la Mésie et la Thrace, et terminait à l'E. les monts Hémus.

HÆNDEL (George Frédéric), compositeur célèbre, né en 1684 à Halle en Saxe, d'où les Italiens l'ont surnommé il Sassone, mort à Londres en 1759, annonça dès son enfance une vocation décidée pour la musique : à l'âge de dix ans, il composait des sonates et des motets. Après avoir voyagé en Italie et sur le continent, il se fixa à Londres lors de l'avénement au trône d'Angleterre de George I, électeur de Hanovre, dont il était le maître de chapelle. Il fit les délices des Anglais, qui le regardent comme un compatriote, et qui lui décernèrent les honneurs de la sépulture à Westminster. Hændel a composé 50 opéras, dont les plus remarquables sont : Agrippine, Renaud, Mutius Scévola, Alexandre et Scipion; 26 oratorios, parmi lesquels on cite le Messie, Judas Machabée, Moïse en Égypte; 8 vol. de motets, 4 de cantates, etc. Ses compositions se distinguent par l'invention, par la hardiesse et le sublime des conceptions et par l'élévation du style; mais on leur reproche un peu de dureté et de négligence dans les détails.

HAFF, veut dire port en allemand : de là Kurische-Haff, et les dérivés Haven, Havn.

HAFIZ (MOHAMHED), poëte lyrique persan, né à Chiraz vers 1320, mort vers 1391, a chanté la beauté, l'amour, le plaisir, et a mérité, par la grâce de ses poëmes et aussi par leur licence, d'être surnommé l’Anacréon de la Perse. Le recueil de ses poésies, ou Divan, qui contient 571 odes ou ghazels, a été publié à Calcutta, 1791, 1 vol. in-fol., en persan. Il en a été traduit divers morceaux par d'Herbelot (dans sa Bibliothèque orientale), et par Herbin, 1806, avec une notice sur ce poëte. Hammer en a donné une traduction complète en allemand, Tubingue, 1812.

HAFNIA, nom de Copenhague en latin moderne.

HAGA, nom latinisé de La Haye.

HAGANON, fav. de Charles le Simple. V. CHARLES.

HAGEDORN (Fréd. de), poëte, né à Hambourg en 1708, mort en 1754, a composé des poésies remarquables par l'originalité des pensées et la pureté du style: le Sage, 1741; la Félicité, 1743; l'Amitié, poëmes didactiques; des Fables et des Contes en vers, une satire, le Savant, et des épigrammes. Ses œuvres complètes ont été publiées à Hambourg, 1800,