Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


adresses des premiers gardes nationaux qui ont pris les armes. — Il fallait coffrer M.Pagnerre. . . . . 9

IV.

Profanation du Drapeau français. — La colonne insurrectionnelle part du boulevart Saint-Denis. — Sa course à travers Paris et son arrivée à l’hôtel des Affaires étrangères. . . . . 13

V.

M. Lagrange était au boulevart des Capucines avant d’aller au quartier Latin. — M. Watripon est un menteur. . . . . 17

VI.

Le sosie de M.Lagrange. . . . . 21

VII.

Ce qu’on eût pu faire pour étouffer l’émeute. . . . . 25