Page:Bravat - Essai sur la race bovine gasconne.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

de volume, leur force contractile est beaucoup plus considérable. En un mot, on a plus de force sous un même volume. Les os également se tassent, deviennent un peu plus volumineux, plus durs à cause de l’abondance du calcaire dans les aliments.

Le sol, avons-nous dit, est plutôt sec qu’humide, formé d’argile en grande quantité, mêlée de sable et de calcaire. Ce sont encore là autant de bonnes conditions, car le sol n’est pas assez humide pour graver les empreintes de son attribut sur l’animal. Humide, en effet, il aurait donné un pied large, plat, faible, il aurait produit l’empâtement des membres ; sec, au contraire, il aurait produit un pied serré, très dur, susceptible de se gercer, et pouvant produire facilement des boiteries.

Telle est, en quelques mots, la disposition des lieux où la race gasconne a pris naissance, et où elle se perpétue depuis longtemps. Le peu que j’ai pu en dire suffira, je l’espère, pour faire comprendre la facilité avec laquelle on pourrait arriver à la perfectionner.