Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 7 )—

années du roi Charles le Chauve, suivant le calcul ordinaire, et d’abord deux diplômes :

No 16. (C. 118 et 133.) Data vi idusjunii, indictione IIII anno XXXI regnante Karolo gloriosissimo rege. 871, 8 juin.

No 17. (Or. 195, 5°.) Le second diplôme, qui nous est parvenu dans une copie du xiie siècle, est d’une authenticité fort douteuse. Il concerne l’abbaye de Saint-Pierre et Saint-Paul de Solignac, au diocèse de Limoges. Or, cette mention est unique dans les titres de l’abbaye de Cluny, et Solignac ne figure plus parmi les églises qui en dépendaient, dans le pouillé du xive siècle[1]. Quoi qu’il en soit, la date est ainsi conçue : Datum xv kal. augusti, anno XXXIII regnante Karolo gloriosissimo rege, et in suceessione Lotharii IV anno. Actum apud Lemovicas civitate, adstante et concedente Turpione episcopo. Cet acte, que le Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny ne fait que mentionner, a été publié par Baluze, qui l’a attribué au règne de Charles le Simple, sans doute à cause du synchronisme de Turpion, évêque de Limoges, contemporain de ce prince. Mais la mention de la succession de Lothaire, in suceessione Lotharii, oblige à rapporter cet acte au temps de Charles le Chauve. C’est pourquoi nous l’avons daté de 872, 18 juillet. Il est probable que l’acte primitif ayant été remanié, il s’est produit une confusion de nom au sujet de l’évêque de Limoges.

No 18. (B. N. cop. 2-135.) Die veneris, in mense octobri, anno XXXIIII regnante Carolo rege. 873, octobre[2].

No 19. (B. N. cop. 2-129.) Die mercoris, in mense madio, in annos XXXIIII regnante Karlo rege. 874, mai[3].

No 20. (B. N. cop. 7-238.) Die mercoris, in mense madio, in an[nos XXXIIII regnante Karlo re]ge. 874, mai. Nous avons donné à cet acte la même date d’année qu’au no 19, parce qu’on y voit paraître les mêmes personnages, et que tous deux sont passés au même lieu, dans le même mois et le même jour de la semaine.

Enfin nous avons encore un diplôme de ce prince, sans date

  1. Biblioth. Cluniacensis, col. 1705 et suiv.
  2. C’est par erreur que l’on a accompagné cette date d’un signe de doute, 873 (?). La date est certaine, on ne saurait l’attribuer avec vraisemblance à Charles le Simple, car dans le calcul ordinaire des années de ce roi, et rien n’autorise à adopter ici un autre comput, il n’a que 31 années de règne et non pas 34.
  3. Même observation pour les nos 19 et 20 dont les dates sont certaines