Page:Bruno Destrée - Les Préraphaélites, 1894.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Notre mère s’agenouilla et pleura
Et les deux bras me tombèrent du visage et je dis :
« Dieu sait que je savais qu’elle était morte »
Et là, toute blanche ma sœur dormait.

Alors nous agenouillant en ce matin de Noël
Un peu après minuit.
Nous dîmes, avant que le premier quart d’heure ne sonna :
« Que le Christ bénisse celle qui vient de naître. »

40