Page:Bruno Destrée - Les Préraphaélites, 1894.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il s’arrête pour parler, il apaise son cheval,
sœur Hèlène,
Mais ses paroles sont noyées dans le vent qui passe.
Non, non, écoutez, écoutez, vous devez entendre à tout prix,
petit frère.
(Ô mère, mère Marie,
Un mot mauvais entendu entre l’enfer et le ciel !)

Oh ! il dit que le cri de Keith d’Ewern,
sœur Hélène,
Est toujours pour vous voir avant qu’il ne meure.
Il me voit sur terre, dans la lune, et dans le ciel,
petit frère.
(Ô mère, mère Marie,
La terre, la lune, le ciel, entre l’enfer et le ciel.)

Il vous envoie une bague et une monnaie brisée,
sœur Hélène,
Et vous prie de vous souvenir des bancs de Boyne.
Ce qu’il a brisé, le rejoindra-t-il jamais,
petit frère ?
(Ô mère, mère Marie,
Oh ! jamais plus entre l’enfer et le ciel !)

Il vous offre ces choses et implore contraint et forcé,
sœur Hélène,
Que vous lui pardonniez dans sa douleur mortelle.
Ce qu’il a pris le rendra-t-il,
petit frère ?
(Ô mère, mère Marie,
Non plus, non plus, entre l’enfer et le ciel !)

Il appelle votre nom dans son agonie,
sœur Hélène,
Disant que l’amour même mort doit pleurer à sa vue,
La haine née de l’amour est aveugle comme lui,
petit frère !
(Ô mère, mère Marie,
L’amour changé en haine, entre l’enfer et le ciel.)

45