Page:Buies - Anglicismes et canadianismes, 1888.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 69 —

du français que l’on aime pourtant bien mieux à entendre.

« Sous » le plus court délai pour dans.

« Sous » les circonstances… id.

« Consister de » pour en.

Il y a de ces prépositions qui sont particulièrement agaçantes. On les voit à tout bout de champ, parce qu’elles sont extrêmement commodes pour désigner, par une expression banale et convenue, ce qu’on semble incapable de dire comme on le devrait.

La préposition « Comme » est une de celles-là.

Ex : « comme question de fait… » Qu’est-ce que cela veut dire ? Bien, absolument rien ; de plus, c’est tout à fait inutile et ça n’ajoute rien à ce que l’on veut faire savoir.

M……un tel, dont l’éloge n’est plus à faire comme musicien……

« Un tel a été élu comme député…

« Il a résigné comme maire. »

Ces deux derniers exemples du « comme » sont littéralement pris de l’anglais, sans qu’on s’en doute, has been elected as, has resigned as  ; mais en français, dans les cas actuels, il n’y a aucun sens à tirer de ce mot. Résigner « comme » maire, veut dire rigoureusement « en qualité de » maire, et résigner en cette qualité ne signifie pas du tout