Page:Buies - Anglicismes et canadianismes, 1888.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 71 —

Dans ce dernier exemple, logiquement, c’est la réélection qui doit être comme, et non pas l’ami en question.

« L’ex-premier ministre Norquay fait des affaires comme agent d’assurances. »

Cela ne veut pas dire qu’il n’en fait pas d’autres.

« M. Murray proclame la région du lac Saint-Jean comme l’un des plus beaux pays… »

« La presse, conservatrice comme libérale, s’élève avec indignation… »

Il fallait dire : « La presse, conservatrice et libérale… »

« Le parlement de Terreneuve enverra M. M. tels et tels comme délégués à Ottawa… »

Il faut dire… enverra en délégation, ou bien déléguera M. M. tels ou tels…

Mais, en revanche, on dira toujours « de même » pour « comme ça. »

On a une occasion d’employer le « comme » convenablement… ah ! bien, oui, cherchez-le !

Il n’y a pas de danger qu’on emploie « comme » quand il le faut. Ah ! s’il y était dans l’anglais, ce serait autre chose ! Ainsi, l’anglais ne disant pas " This book, is considered as so precious, " mais simplement considered as so precious, on se gardera bien de dire en français « est regardé comme si précieux, » parce que comme est ici nécessaire, mais