Page:Buies - Chroniques, Tome 2, Voyages, 1875.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
309
poésie.

S’éteignait dans le mien ; elle n’eut qu’un instant
Pour mourir, et qu’un jour pour aimer et le dire,
Comme la fleur naissante au vent qui la déchire
S’effeuille sans effort,
Elle effeuilla sa vie au souffle de la mort.


Tadoussac, 10 août 1871.