Page:Buies - La Province de Québec, 1900.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
description générale du pays

du monde qui attireront le plus les regards des peuples civilisés et l’ambition des capitalistes, parce que ses conditions physiques sont telles que l’activité humaine y trouvera le plus admirable champ qui existe pour le développement des industries modernes les plus considérables.

* * *

Dans la plus grande partie de sa longueur, la province de Québec est traversée par le fleuve Saint-Laurent qui, à partir de sa source, en plein cœur du continent américain, à 3500 milles de son embouchure sur l’Atlantique, descend d’abord, comme une modeste rivière, ayant l’air de dérober sa course, jusqu’à la première des grandes mers intérieures d’eau douce de l’Amérique, jusqu’au lac Supérieur, où il semble se perdre pour toujours au regard. Il en ressort néanmoins par le Sault Sainte-Marie et entre dans le lac Huron, où il s’engloutit de nouveau pour reparaître encore, sous le nom de rivière Sainte-Claire, laquelle le conduira jusqu’au lac Érié, et de là, par la rivière Niagara, jusqu’au lac Ontario, d’où il sortira enfin, sous son véritable nom, et coulera entre les rives de la province d’Ontario et celles des États-Unis, jusqu’à ce qu’il atteigne l’île de Saint-Régis. À partir de ce point, il entrera résolument dans la province de Québec et la parcourra exclusivement, en la séparant en deux parts fort inégales et fort différentes l’une de l’autre, sur un parcours de 1700 kilomètres, jusqu’à ce qu’il aille se jeter dans le golfe qui porte son nom et qui transmet l’énorme volume de ses eaux à l’orageux océan Atlantique.