Page:Buies - La Province de Québec, 1900.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


duction est consommée dans le pays ; trois fabriques cependant travaillent pour l’exportation.

Jusqu’en 1890, on n’a pas tenu compte de l’exportation de la pulpe de bois dans les rapports du commerce canadien. Depuis lors, cette exportation a donné les chiffres suivants :


1890 $ 80,000 1895 $ 590,874
1891 188,198 1896 675.777
1892 219,458 1897 741.959
1893 386,092 1898 1,210,431
1894 547.217


Pour les cinq dernières années, c’est-à-dire jusqu’en 1898 inclusivement, les pays vers lesquels le Canada a dirigé ses exportations de pulpe de bois se classent dans l’ordre suivant :


1894 1895 1896 1897 1898
États-Unis 
  
$ 368,256 336,385 557,085 576,720 534,305
Grande-Bretagne 
  
178,255 251,848 113,557 164,138 676,100
Allemagne 
  
452 1
  
  
1,000 2
Belgique 
  
254
  
  
  
  
21 14
France 
  
  
  
2,640 5,135 80 0
Terre-Neuve 
  
  
  
  
  
  
  
21 10





TerrTotal 
  
$ 547,217 $ 590,874 $ 675,777 $ 741,959 $ 1,210,431


On voit que la Grande-Bretagne a fait un saut énorme de 1897 à 1898, et qu’elle est maintenant devenue le principal client du Canada.

* * *

Il y a dans ce tableau des chiffres qui surprennent. Ainsi, la France qui avait commencé à importer du Canada, en 1895, pour 2640 dollars de pulpe de bois, et l’année suivante pour 5135, a cessé tout à coup