Page:Buies - Québec en 1900, conférence, 1893.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

21
québec en 1900

destinée politique, sont dans tous les cas assurés d’un brillant avenir commercial et industriel.

Ce que c’est que la force des choses ! Voilà cinquante ans que ceux qui n’ont jamais désespéré, malgré une décadence de plus en plus sensible, n’ont cessé de dire qu’un jour viendrait bien où Québec retrouverait la position et l’importance que la nature lui a faites. Cette position, la nature la lui a donnée, et cette importance elle la lui impose, pour ainsi dire, en dépit de la facilité trop grande de ses habitants à se laisser aller tranquillement au courant de la vie, en dépit de longs et fréquents retards souvent voulus, rarement combattus, en dépit des mauvais vouloirs du gouvernement fédéral, qui ne regarde jamais du côté de Québec sans faire la grimace, en dépit enfin de tous les obstacles et de tous les empêchements que des cités jalouses n’ont cessé d’entasser sur la voie des destinées inévitables de la capitale provinciale.


Le jour est enfin venu. Ne sentez-vous pas, Messieurs, une vie nouvelle qui s’annonce pour cette saison même de “ 93 ”, à des symptômes plus ou moins considérables, mais ayant tous à coup sûr une signification ? On veut se remuer, on se remue et l’avenir de la ville est le thème général de toutes les conversations-

Le Saguenay, qui devient de plus en plus un approvisionneur sérieux de Québec, grâce au développement des communications, grâce au chemin de fer du Lac St-Jean qui va être ouvert jusqu’à Chicoutimi, dès le 1er juillet