Page:Buies - Québec en 1900, conférence, 1893.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

28
québec en 1900

Rappelons-nous d’abord qu’il n’y a pas plus de vingt-six ans que cette compagnie a inauguré un service d’abord bi-hebdomadaire seulement, de Québec à la far famed river Saguenay. Vingt-six ans pour les jeunes gens d’aujourd’hui peuvent paraître un passé respectablement éloigné, mais pour ceux qui les ont vécus, comme c’est récent ! C’est en 1866, en effet, que la Cie du St-Laurent construisait le steamer Union, sans aucune intention de l’envoyer au Saguenay, puisqu’elle lui faisait faire des voyages à Pictou. Mais l’année suivante, la ligne de Pictou fut abandonnée pour celle de Chicoutimi. Le vapeur Union se rendait jusqu’à Montréal et y prenait des passagers à la barbe même de la compagnie Richelieu qui, ahurie à la fin de cette intrusion, chercha à y mettre un terme. Elle fit donc des offres si séduisantes à la Cie du St-Laurent que celle-ci ne put mieux faire que de se rendre et ne conserva qu’un petit vapeur de troisième ordre, nommé Le Clyde, pour faire un service moins que médiocre sur la rive sud aussi bien que sur la rive nord, jusqu’à Chicoutimi.

En 1868, M. Thomas McGreevy était élu président de la “ St-Lawrence Steam Navigation Company ”. Cet homme intelligent et entreprenant ne tarda pas à comprendre qu’avec un seul bateau comme le Clyde, la Compagnie ne pouvait avoir un champ d’action en rapport avec le rôle qu’elle était appelée à remplir. Il essaya donc de l’étendre et s’y prit de la manière suivante :

Agissant en conformité de vues avec son collègue, M. Chabot, aujourd’hui agent général de la compagnie Richelieu, et M. Gaboury, secrétaire de la compagnie du St-Laurent, devenu,