Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
140
récits de voyages

Et bien ! nous voilà maintenant en 1890, quarante-six ans après ce récit d’une chasse à l’orignal dans les steppes incultes et sauvages qui s’étendent au nord de Québec, dans la direction de la rivière Sainte-Anne. La cabane enfumée et chassieuse de Joassin se trouvait à quelques milles plus loin que Saint-Raymond, et l’on allait alors faire la chasse à l’élan dans ces parages, à peu près comme on irait aujourd’hui faire la chasse à l’ours blanc dans les steppes septentrionales de la mer de Hudson. Que s’est-il passé dans l’intervalle de ces quarante-six années qui nous séparent d’une époque devenue déjà presque légendaire, tant le contraste avec nos jours est étonnant, tant semblent lointains les souvenirs de l’enfance de beaucoup d’entre nous ! Ah ! « la civilisation ne devait jamais pénétrer dans ces steppes incultes ni la colonisation y faire d’établissements durables »… eh bien ! regardez maintenant. Des paroisses, pour ainsi dire encore dans l’enfance, ont reçu comme une impulsion subite, depuis le jour où ont été