Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
232
récits de voyage

est, ces quatre tours feraient à un ennemi sérieux le même effet que ces croquemitaines en paille, le corps planté dans un manche à balai, qu’on s’imagine devoir effrayer les corneilles, suivant ce qu’affirme l’usage traditionnel ; chose sacrée qui menace de n’avoir plus bientôt d’autre nom que celui de « routine » ou « encroûtement ».

Après avoir quitté l’enceinte de la Citadelle, nous suivrons le rempart et nous traverserons la rue Saint-Louis, sur un pont qui sera construit à l’endroit où était l’ancienne porte. Les glacis, qui s’étendent à gauche, jusqu’à la rue Saint-Jean, seront complètement nivelés pour faire place à un joli parc entouré d’une grille ; la porte Saint-Jean sera démolie à son tour, malgré l’admiration qu’elle inspire aux gens familiarisés avec les grands monuments grecs ou romains ; un pont la remplacera également, et nous continuerons jusqu’à la rue Richelieu qui fera, aussi elle, brèche à travers le rempart et ira rejoindre la rue Sainte-Hélène, qui passe devant l’église irlandaise. Rappelons, en passant,