Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
233
promenade dans le vieux québec

que cette église date déjà de 1832, année terrible que deux générations se rappellent encore avec effroi, et, qu’à l’occasion de sa fondation, les protestants de Québec se signalèrent, malgré la terreur qu’un fléau jusqu’alors inconnu répandait sur la ville, en la faisant déserter de ses meilleures familles ; c’est de leur part en effet que vinrent les plus généreuses souscriptions pour la construction de l’église Saint-Patrick.


Après avoir passé la porte Saint-Jean, nous suivons sur le rempart la rue de l’Arsenal, nous longeons le jardin militaire, puis nous débouchons sur la rue du Palais, en laissant derrière nous les casernes de l’Artillerie, que les Français avaient commencé à bâtir en 1750. Nous traversons la rue du Palais et nous montons jusqu’au sommet du promontoire, au bas duquel passait autrefois une seule rue étroite, la rue Saint-Paul, qui se baignait presque dans la rivière Saint-Charles. Là se trouvait, il n’y a pas plus de vingt ans, un affreux corps de garde, sale, noir, hideux, qui a été abattu en même temps que le rempart a baissé ; maintenant, cet