Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
247
promenade dans le vieux québec

nagé, tout cela sentait la vie, mais où étaient les vivants ? Ne sachant plus bien ce qu’il faisait, inquiet presque, dans tous les cas voulant se tirer d’affaire à tout prix, l’audacieux intrus poussa une des portes qui donnaient sur le corridor. Il y avait là trois religieuses en train de tricoter. À la vue de ce monstre, ensemble elles poussèrent un cri et s’enfuirent épouvantées, croyant que le diable lui-même était à leurs trousses. C’est notre faute, lecteurs. Dans toutes les gravures, nous donnons invariablement au diable les formes de l’homme, sauf un appendice caudal qui est de luxe, et certains détails… de physionomie qui le sont encore plus.

Du reste, c’est à force de nous voir que les femmes ne nous prennent pas pour des monstres ; les religieuses, qui n’ont pas cette habitude, s’y méprennent aisément ; épouvantables pour celles-ci, quelquefois dangereux pour celles-là, les hommes ont évidemment un sort misérable, qui devrait être amélioré.

Notre individu, effrayé à son tour, se mit à courir aussi, mais en sens inverse, ou plutôt dans tous les sens, tellement qu’il ne tarda pas à se perdre dans le dédale des passages. Enfin, après avoir erré de ci de là, cherchant partout