Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
récits de voyages

intervalles des moissons. On renonça donc promptement aux concessions gratuites et on leur substitua les ventes à l’enchère. Le premier et le troisième mardi de chaque mois, les lots étaient offerts en vente, à Toronto, aux plus hauts enchérisseurs, la mise à l’enchère étant en général de quatre shillings l’acre. Assez souvent des lots situés dans l’intérieur se vendaient à ce prix, et même un shilling de plus, mais ceux qui étaient situés sur les grandes routes se montaient jusqu’à quinze et dix-huit shillings l’acre.

Le "Canada Company" était, après la Couronne, le plus grand propriétaire foncier de la province. Elle mit en vente les terres qu’elle possédait dans la région du lac Huron, à deux dollars l’acre, et, pour engager les fermiers d’outremer à en acheter, elle offrit de payer à tout preneur de cent soixante acres les dépenses de transport de trois membres de sa famille, de Québec à Hamilton.


À cette époque ce n’était pas une petite affaire que d’émigrer au Canada. Le voyage de Londres