Page:Busch - Découvertes d’un bibliophile.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est… Ceterum LICET, DETESTANDO POLLUTIONEM, GAUDERE DE FELICI SUCCESSU QUEM IPSA HABUIT !!! » (Non onmes capiunt verbum istud, sed quibus datum est. S. Math., XIX, 11.)

XV. P. 324 : « A FURTO EXCUSAT occulta compensatio, quâ creditor ex bonis debitoris CLAM tollit, quantum sibi debetur [1]. »

Des exemples se trouvent indiqués aux p. 491 et 521 : Voici ce dernier : « Sartor sæpe retinet diversa fragmenta pannorum, fimbriarum et filorum quæ a vestibus confectis supersunt, in complementum mercedis aliàs debitæ : an reus est furti ? Resp. : Quærendum a sartore, an residua notabilis pretii sibi retinuerit, in quo casu reus est per se gravis furti. Dicimus : per se ; nom si sartor respondeat : justam mercedem non accipio, nec tamen sine gravi incommodo laborem recusare possum ; si enim æquum pretium exigerem, quia alii sartores modico salario contenti OCCULTA ETIAM COMPENSATIONE UTUNTUR, ad eos, me neglecto, adirent omnes, et sic non haberem, unpè me, meosque alerem. Si verè res ita sit, EXCU-

  1. « Le vol est excusé quand il constitue une compensation occulte, par laquelle le créancier enlève en secret aux biens de son débiteur une valeur égale à celle qui lui est due. »