Page:Côté - Papineau, son influence sur la pensée canadienne, 1924.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
128
Papineau

nom de Dieu et de l’humanité, dans l’intérêt d’un intérêt social et progressif, divinement institué, ils nous en empêcheront. Nous pouvons organiser une force sociale pour réprimer la liberté de l’esprit, embarrasser et troubler le gouvernement civil et mettre les populations sous notre contrôle. Nous pouvons tout faire cela, dans l’intérêt de notre classe particulière. Et nous pouvons réussir pendant un temps. Mais à la fin, les forces plus considérables de l’ordre divin prévaudront : la gravitation se venge toujours de toutes les combinaisons de poulies et de leviers… Le préjugé, c’est le portier hargneux qui s’occupe plus de lui-même, fronce les sourcils aux nouveaux venus et les empêche d’approcher. Plutôt que de recevoir un seul rayon de lumière qui lui viendrait de l’étranger, il aime mieux rester à jamais isolé dans son coin noir. Il fait taire la curiosité, étouffe le sens commun, appelle à son aide l’une après l’autre toutes les mauvaises passions pour tenir l’étranger à distance. Cette brutale habitude de gronder après les idées, dès leur première apparition, tend à arrêter un légitime progrès. Absolument parlant, elle ne saurait l’empêcher à la longue, mais elle peut le retarder considérablement…

« Mais la prudence peut-elle survenir et dire : Est-ce qu’un étranger n’est pas un danger ? Inviteriez-vous tout le monde dans votre maison et dans votre intimité ?

« Voyons maintenant ce qu’il y a de vrai. La prudence a raison si elle veut dire qu’un étranger peut être un danger, tandis que le préjugé a tort de prétendre qu’un étranger doit être un danger. La candeur qui est l’hospitalité de l’esprit, ne dit pas que tout étranger doit être une bénédiction, mais seulement que quelques-uns peuvent être une bénédiction. L’histoire et l’expérience l’affirment. »

En 1868, le 17 décembre, l’amphithéâtre de l’Institut canadien n’était pas assez grand pour contenir l’élite de la société qui venait applaudir son président, L. A. Dessaulles, dans un grand discours qu’il prononça sur la tolérance, amenant à l’appui de sa thèse toutes les ressources d’une vaste érudition.