Page:C14 - Émeutes de Québec de 1918 - Témoignage du Dr Georges St-Amand, médecin militaire, attaché au Deuxième Bataillon BAnQ Québec E17S10D1661-918.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étaient blessés par des armes à feu ?

R. Ils ont tous été blessés par des armes à feu, excepté un qui a eu une brique sur la tête. Le premier qui m’a été amené a eu une brique sur la tête. Les autres civils l’étaient par des armes à feu.

Q. Quelle sorte de blessure ?

R. Il y en a un qui a été blessé à travers la machoire.

Q. Par une balle de revolver ?

R. Par une balle de revolver.

Q. De quel calibre ?

R. …

Q. Est-ce une blessure grave qu’il a — en quel état est-il maintenant ?

R. Je ne l’ai pas vu depuis qu’il est à l’Hopital Militaire, je ne l’ai pas vu.

Q. Est-ce que ça avait l’air d’une balle ?

R. Ç’avait l’air d’une balle de revolver.

Q. De fort ou de petit calibre ?

R. Je ne sais pas.

Q. Dans tous les cas la blessure ne vous a pas paru grave ?

R. Bien c’est toujours assez grave, à travers la machoire, le maxillaire inférieur.

Q. Est-ce qu’il y a eu fracture du maxillaire ?

R. Je ne l’ai pas constaté tout de suite. Nous avions un hopital d’urgence à l’Immigration tous les malades devaient s’en aller là.