Page:Calloch - A Genoux.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ceux-ci sont appelés à lui donner de l’aide… » — Et je reconnus les visages de ma Bretagne et de mon Irlande. — Et devant le ciel sombre et les étoiles claires, — Mon Irlande et ma Bretagne se donnèrent la main…

Soyez béni, ô Christ que j’adore, — De m’avoir montré à moi, pauvre, les deux nations fidèles, — Et d’avoir daigné me délivrer de la peine, — De l’accès de détresse — qui m’étouffait à vous voir, Vous tout seul, porter — Votre Croix de salut. — Au milieu des autres peuples qui renient et qui raillent, — Arrière donc, désespoir aveugle et pensées tristes ! Les Celtes resteront les Chevaliers de Dieu le Fils : — Les Celtes porteront la Croix avec Jésus-Christ !

Paris, Décembre 1914.